top of page

Décalage Critique  2021

Caméra | Montage vidéo et Réalisation  Nancy Lauzon (Nalaz)

Décalage Critique

decalage-critique.jpg
abime-urbain.jpg
marche-moulin.jpg

Œuvre installative de deux projections vidéo 1920 x 1080 sans dimension sonore, présenté en boucle en mode asynchrone. Décalage Critique est une expérience visuelle invitant le spectateur à réfléchir sur les effets individuels et environnementaux de l’accélération de la vitesse qui nous exhortent à modifier notre comportement afin de suivre la frénésie sociale. Avec ce projet l'intention de l’artiste est d’accentuer la désynchronisation entre les rythmes temporels naturel et social auxquels l’être humain est confronté dans son quotidien par l’exploration des temporalités de l’hyper accéléré et de l’hyper ralenti. L’installation est constituée de deux projections vidéo en parallèle, avec un décalage important entre les deux écrans de tissus noirs disposés dans l’espace. La projection du sentier boisé est tellement petite et loin derrière la vidéo des déplacements en voiture, que nous avons l’impression que le sentier est inaccessible, et que la nature disparait à la même vitesse que l’accélération de notre mode de vie augmente. La vidéo de gauche en avant-plan, Abime Urbain, d’une durée de 00h 07m 07s (en boucle), est le résultat de plusieurs scènes filmées en zone urbaine mises en transparence et mises en abime, et dont la temporalité a été modifié par une hyper accélération exagérée de la vitesse lors du montage. Représentative des trois grandes révolutions industrielles et analogue à la miniaturisation et à l’hyper performance de notre technologie moderne, plus la vidéo est petite, plus elle accélère. La vidéo en arrière-plan, à droite, Marche au Moulin, quant à elle est une vidéo d’une marche en forêt d’une durée de 00h 13m 04s (en boucle), filmé en hyper ralenti à 240 images/secondes. La désynchronisation entre les rythmes temporels naturel et social est générée par trois facteurs. Le premier étant l’installation, soit la disposition décalée des deux écrans. Le deuxième est corrélative aux modifications de la temporalité spécifique à chacune des vidéos lors du montage, l’hyper accéléré d’une part, chacune des vidéos mises en abîme a été accélérées deux cents fois lors du montage, et l’hyper ralenti de la promenade dans un sentier boisé filmé à 240is d’autre part. Et le troisième est une désynchronisation naturelle générée par la durée de projection de chacune des vidéos. Soit sept minutes pour la vidéo de la société et treize minutes pour la vidéo de la marche dans un sentier boisé. En plus d’une désynchronisation temporelle engendrée par la durée de chacune des vidéos, l’installation avec un décalage important entre les deux écrans, véhicule l’idée que le rythme social prévaut sur celui de la nature.

Décalage Critique
bottom of page